Le Rap, une tradition médiévale.

flyting

amalek

« En tant que rappeur dit nationaliste, j’ai d’abord cru reprendre les armes de l’ennemi pour les utiliser contre ce dernier. Je me suis rapidement aperçu que je ne faisais que me réapproprier la culture de mes ancêtres européens. Non seulement les Celtes avaient inventé la rime mais la musique rap elle-même est apparue au moyen-age en Europe et à l’origine n’a rien d’une musique nègre. »  Amalek (source)

Lire la suite « Le Rap, une tradition médiévale. »

Le Rap, une tradition médiévale.

Réflexion sur les Juifs (et les Blancs)

99b6f61ee86eea9c52a74573af1a6e01.jpgBien que les Juifs haïssent le Christ, le néo-paganisme déchristianise en flattant la fierté raciale et en exaltant l’antisémitisme, pourtant saine réaction des autochtones contre les menées subversives des Juifs contre les peuples.

« Aime ton ennemi » Les chrétiens sont tenus de transcender la haine que le juif leur inspire, l’antijudaïsme est une réaction saine, le sentiment naturel accompagnant la prise de conscience de la haine juive à notre encontre. Face à la subversion du Juif, une attitude hostile est tout ce qu’il y a de plus naturel. Mais si Dieu s’est incarné en Juif, il nous est impossible d’haïr absolument le Juif si l’on est Chrétien, cela est exact, mais cela ne nous empêche en rien de mener une guerre à mort face à l’ennemi. Ni Dieu ni le diable ne sont juifs en réalité. Si les deux peuvent en prendre les traits, c’est une folie de vouloir les résumer à ces mêmes traits.

Faire de Dieu ou du diable un juif est l’erreur mortelle que commettent les païens, juifs et non juifs. Car en effet, d’un point de vue Biblique cette fois, le Juif incarne à présent tout ce que ses ancêtres vétérotestamentaire combattaient : le paganisme. L’esprit du Serpent Antique qui figure le paganisme dans la Genèse. Ce même esprit combattu par les prophètes dans la Torah, lui vouant une guerre sans merci et maudissant Israël lorsqu’il adopte les pratiques païennes des peuplades alentour qu’il est censé combattre.

Païens et juifs rejettent Jésus Christ, c’est ce qui les lie et en fait des frères spirituels, liés par la haine de Dieu. Un Dieu à qui on reproche son Universalisme.

La judéité ethnique de Jésus Christ est prétexte à l’apostasie d’Européens antisémites, ceux-ci cherchent alors à pratiquer un culte en adéquation avec les traditions de leurs ancêtres, ils adoptent alors un paganisme artificiel, dépouillé des éléments qui lient l’Ancienne Tradition Européenne et l’Universalisme Chrétien. Cette fausse croyance ne correspondant pas à la Tradition Primordiale qu’ils pensent restaurer, pratiquant en réalité un culte d’inspiration illuministe, mêlant toutes sortes de gnoses et s’inspirant largement de la kabbale juive. In fine, les neo-païens deviennent ce qu’il convient d’appeler des juifs de synthèses : haïssant le Christ, et donc la France dans son essence, très libérés au niveau des moeurs sexuelles, favorables à l’eugénisme et l’avortement, souvent adeptes du végétarisme, ce qui ouvre la voie à toutes les politiques du génocide ethno-culturel de la race blanche : contraception, avortement, homosexualisme, veganisme, mondialisme … Cette race blanche ayant toujours prospéré tant qu’elle rendait grâce au Dieu Chrétien et ne cessant de déchoir depuis qu’elle le rejette.

Pierre-Marie Payet

Réflexion sur les Juifs (et les Blancs)