Le réseau d’infiltrés sataniques de Monseigneur Williamson

 

Continuer la lecture de Le réseau d’infiltrés sataniques de Monseigneur Williamson

Les premiers Indo-Européens étaient monothéistes !

Les Védas reconnaissent un seul Dieu, qui est le Tout-Puissant, Infini, Eternel, Auto-suffisant, la Lumière et le Seigneur de l’Univers.

Bjørnstjerne Bjørnson, poète norvégien, Prix Nobel de Littérature et spécialiste du Védisme

Le Védisme est la religion et la civilisation Indo-Européenne originelle, apparue dans la vallée de l’Indus, là où les Aryens venus de l’actuel Iran, nos ancêtres, vinrent civiliser les peuples autochtones primitifs Dravidiens.

Les Aryens, organisés en castes complémentaires et subordonnées les unes aux autres, assoient leur puissance sur la pratique de rites complexes qui intègrent paroles et gestes « magiques ». Le Verbe y exerce toute sa force sous la forme d’hymnes transmis oralement. L’invention de l’écriture Sanskrit permet de créer des recueils de textes dont le principal se nomme Rig-Veda.

Veda signifie à la fois la connaissance intuitive des puissances agissantes lumineuses qui régissent l’existence de la société des Aryens, et la pratique des méthodes aptes à les influencer. Dotées d’un nom qui permet de les évoquer, ces puissances deviennent des Devas lumineux. Par l’exercice du rituel védique, les officiants brahmanes renforcent le pouvoir du roi, le raja, et assurent ainsi la prospérité du peuple aryen.

Pour bien percevoir ce qu’était réellement le védisme originel, il convient de ne pas le mélanger avec les interprétations hindouistes actuelles.

Suite de l’article : news.oddr.biz : Les premiers Indo-Européens étaient monothéistes !

Le Lait, Boisson des dieux, par Gordon Scherer

Dans de nombreux mythes à travers le monde, les dieux sont connus pour leurs caractéristiques humaines. Certains dieux de l’Ancien Monde se comportaient en tout points comme des humains : ils mentaient, volaient, chassaient, guerroyaient, consommaient des drogues, pratiquaient l’homosexualité et autres déviances, avaient des “coups d’un soir”… Tout comme les hommes, les dieux devaient manger et boire pour demeurer en vie. Dans ces légendes, les dieux se nourrissaient de mets spéciaux qu’ils étaient les seuls à pouvoir consommer. Généralement, ces nourritures et boissons procuraient de grands pouvoirs et la vie éternelle à ceux qui les consommaient. Cette nourriture était interdite aux mortels pour cette raison.

greek-mythology-1.jpg

Dans les légendes de l’Ancienne Mésopotamie, aussi connue sous le nom de Sumer, nous voyons les dieux se comporter exactement comme des hommes dont ils partagent l’apparence physique. Ces dieux consomment du lait et de la bière à base de miel que les Sumériens produisaient.

Suite de l’article : news.oddr.biz : Le Lait ou La Boisson des Dieux, par Gordon R. Scherer

Qui est Joël Labruyère, gourou des Brigandes ?

Dans cette vidéo publiée par les Brigandes, leur gourou Labruyère, se sachant désormais démasqué, bien qu’il n’ose toujours pas parler à visage découvert (edit: c’est à présent chose faite depuis qu’il a été interviewé par les journalistes de TF1, assume pourtant sans honte son allégeance à la Secte Gnostique, ennemie jurée de l’Eglise Catholique qu’il attaque sous couvert « d’antijésuitisme ».

Par ailleurs, le staff des Brigandes édite le magazine Abraxas (du même nom que la secte luciférienne soupçonnée de solliciter les services de Marc Dutrou), sous-titré « gnose, ésotérisme, sciences initiatiques » : Joël Labruyère, Marianne Mourgeon, égérie des Brigandes et son con-cubin, Arnaud Duvivier, agresseur de Jérome Bourbon. On peut supputer que ce dernier partage (sexuellement) sa compagne avec son gourou à en croire les propos de cette dernière dans cet entretien qu’ils mènent tous les trois dans l’émission numéro 7 de Radio Brigandes :

(à partir de 26:24) « Est-ce qu’on peut dire encore quelques mots sur la polémique concernant la secte des Brigandes parce que moi j’ai entendu dire des, des  … enfin, j’ai lu des choses absolument extraordinaires dans ce … journal qu’on appelle Rivarol, d’une femme d’ailleurs qui témoignait qui … d’une femme qui a vécu avec nous, donc c’est ça le plus rigolo dans l’histoire … qui donc dénonce nos … le fait que nous les femmes ici dans ce groupe Les Brigandes nous sommes harcelées, donc sexuellement bien sur (rire forcé d’Antoine « the cuck » Duvivier qui ajoute : « apparemment on a du mal à se retenir »). Donc c’est vrai qu’à ce sujet, bon, je voulais quand même faire une parenthèse puisque personnellement je vis et je travaille avec Joël Labruyère depuis plus de 10 ans et que je n’ai jamais été harcelée, voilà. donc il faut quand même savoir, puisqu’on s’intéresse au sujet des sectes aujourd’hui, que dans une secte, une véritable secte comme celle des Raëliens, vous savez que Raël n’a pas besoin d’harceler les femmes pour avoir de l’affection ! (rires) »

Drôle de précision, les lecteurs jugeront si, oui ou non, les Brigandes mèneraient des agapes orgiaques incluant des pratiques échangistes, puisque les Brigandes se vantent de « chevaucher le dragon », c’est à dire Joël Labruyère ?

Plus loin (30:27), Joël Labruyère : « Bourbon me reproche d’être un kabbaliste parce que j’ai étudié l’étymologie du Livre Sacré de la Bible ! » Seulement pour cette raison ? Pas si sur.

Dans cette autre vidéo intitulée « On vous emmerde » la secte d’illuminés, chassée à coup de pied au cul de la droite nationale où elle tapait l’incruste, sous la bénédiction de Jean-Yves le Gallou, affiche sans honte ses sources d’inspirations aux côtés des ouvrages de Joël Labruyère : Evola ou bien Blavatsky mélangés dans un fatras avec certains bons ouvrages dissidents :

De fait, Labruyère est le collaborateur voire l’inspirateur de nombreux sites prétendument anti-système, mélangeant le vrai avec le faux pour récupérer les opposants au système en les convertissant à la religion du Nouvel Âge (de l’antechrist) : Undercover, Novapolis, Novapolice, Chroniques de Rorschach, Dixit Satanas, Kaliyuga, Vitriol, C.R.O.M. — Centre de Recherches sur l’Ordre Mondial —, etc.

Joël Labruyère Les Brigandes Joël Labruyère Les Brigandes

Suite de cet article : news.oddr.biz :L’abominable Joël Labruyère, fils de satan et gourou des Brigandes

Scoop : Odin est homosexuel !

Au sein des peuples partageant les mêmes croyance en un panthéon de divinités donné, les récits mythologiques, considérés par leurs adeptes comme ayant réellement eu lieu, représentent des archétypes qui sont autant d’exemples d’attitudes et de psychologie à reproduire. Les dieux incarnent des figures d’excellence et leurs comportements se répercutent par mimétisme à travers la société qui les prend en exemple.

Par conséquent, plus les mythes d’une société traduiront une tolérance à l’égard de certains comportements, homosexuels en l’occurence, plus on les retrouvera dans la pratique courante des membres de cette société.

En vieux Norois, le terme seiðr renvoie à un genre de sorcellerie pratiquée dans la société nordique au cours de l’âge de fer Scandinave. Connecté à la religion nordique, ses origines demeurent mystérieuses, sa pratique a progressivement disparu suite à la christianisation de la Scandinavie.

Les pratiquants du seiðr étaient des deux sexes, bien qu’on constate que cette pratique était plus répandue chez les femmes, les sorcières. Il existe toutefois des témoignages d’adeptes mâles de cette pratique, appelés seiðmenn, en pratiquant cet art, ils attiraient sur eux un tabou social, appelé ergi, qui leur valait des persécutions.

P1020219Selon le chercheur Neil Price*, certains aspects du seiðr étaient de nature sexuelle. Se basant sur le fait que les baguettes magiques que portaient les sorcières appélées völvas étaient désignées par des termes phalliques dans les sagas islandaises,  :  « Völva » viendrait de vǫlr, quenouille.  La völva serait donc une porteuse de quenouille ! Price et de nombreux autres chercheurs ont affirmé que la « baguette » magique de ces sorciers pratiquant le seiðr était une sorte de phallus de bois qu’ils employaient pour leurs rites.

Chez les Nordiques, on prête à Odin, le plus grand des dieux, la pratique du seiðr, selon le récit de la saga des Yngling, au chapitre 7 :

Odin connaissait aussi l’art au sein duquel le plus grand pouvoir se trouve, et qu’il pratiquait lui-même : ce qu’on appelle magie. Par ce moyen, il pouvait prévoir la destinée des hommes, où le lot de ce qui leur restait à accomplir, et aussi attirer la mort, la malchance, ou des problèmes de santé sur les gens, et aussi prendre la force ou l’esprit d’une personne pour la donner à un autre. Mais la pratique d’une telle sorcellerie entrainait une faiblesse et une anxiété telles qu’il n’était pas considéré respectable pour les hommes de la pratiquer et par conséquent les prêtresses se virent enseigner cet art. (source)

Le nom ergi (non-virilité) et son adjectif argr (non-viril) sont deux termes de vieux norois employés pour accuser autrui d’être un effeminé, de manquer de virilité, d’être un homosexuel. Une telle insulte équivalait à une déclaration en duel car celui qui ne lavait pas son honneur dans le sang accréditait l’accusation de celui qui l’insultait et était dès lors mis au ban de la société pour son manque de virilité.

téléchargement (1)Kaldera et son amant, néo-païens pratiquants, libérés de l’aliénation judéo-chrétienne.

Selon l’auteur néo-païen transgenre  sadomasochiste, Raven Kaldera « le Maître des Supplices » adepte du fist-fucking, Odin aurait vécu « dans le corps d’une femme pendant un an afin d’apprendre les mystères de la féminité ». (source)

Suite de cet article : news.oddr.biz : Odin était une fiotte !