Preuves Génétiques du récit de la Création par Dieu, Darwin en PLS

5 L’Eternel vit que la méchanceté des hommes était grande sur la terre, et que toutes les pensées de leur coeur se portaient chaque jour uniquement vers le mal. 6 L’Eternel se repentit d’avoir fait l’homme sur la terre, et il fut affligé en son coeur. 7 Et l’Eternel dit : J’exterminerai de la face de la terre l’homme que j’ai créé, depuis l’homme jusqu’au bétail, aux reptiles, et aux oiseaux du ciel; car je me repens de les avoir faits.
8 Mais Noé trouva grâce aux yeux de l’Eternel.
Livre de la Genèse, chapitre 6

Notions basiques sur l’ADN-Y et l’ADN Mitochondrial


Chromosome Y (ADN-Y):
Les chromosomes sexuels sont nommés X et Y. Les mâles ont deux chromosomes sexuels distincts (X et Y) et les femelles en ont deux identiques (X et X). Ainsi, le chromosome Y n’est transmis que de père en fils.

ADN Mitochondrial (ADNmt): les Mitochondries sont de petits compartiments à l’intérieur de chacune de nos cellules où sont situés les composants produisant l’énergie de la cellule. Ils ont leur propre brin séparé d’ADN (séparé de l’ADN principal/nucléaire/chromosomique) appelé ADN mitochondrial (ANDmt). Puisque seules les mitochondries contenues dans l’œuf fécondé sont utilisées lors de la conception, l’ADNmt n’est hérité que de la mère, seules les femmes le transmettent.

Lorsque l’ADN (qui contient les chromosomes sexuels) et l’ADN mitochondrial sont transmis à la progéniture, des mutations se produisent. L’ADN reçoit plus de 100 mutations par génération tandis que l’ADNmt en reçoit beaucoup moins (l’ADNmt étant beaucoup plus petit que le reste de l’ADN transmis – environ 16 000 paires de bases pour l’ADNmt contre environ 3 milliards de paires de bases pour l’ADN). En raison de ces mutations, l’ADN-Y et l’ADNmt ont lentement divergé et se sont dégradés par rapport à l’ADN de nos premiers ancêtres.

Rappel:
ADN-Y: Père -> fils
ADNmt: Mère -> tous les enfants

Prouver le Déluge

Pour commencer, le premier livre de la Bible (Genèse) a été écrit il y a près de 3500 ans (vers 1400 av. J.-C.) par Moïse. Il y a de très bonnes preuves pour soutenir cela. L’hypothèse qui nie que Moïse ait été l’écrivain et par conséquent datant le Livre vers 600 av. J.-C., n’a aucune preuve historique pour l’étayer (comme expliqué ici).

La Genèse déclare que huit personnes étaient sur l’Arche : Noé et sa femme, leurs trois fils et leurs trois femmes. Alors:

1. Il devrait y avoir des preuves démontrant une décroissance démographique dans laquelle l’humanité aurait presque entièrement disparue.

> Le projet sur le génome humain a été achevé en avril 2003. L’un de ses résultats était que tous les humains ont un ADN pratiquement identique. Il a été suggéré que cela est dû à une réduction drastique de la population dans notre passé, où notre nombre a diminué si bas que nous étions au bord de l’extinction.

2. Puisque les seuls mâles à bord de l’Arche de Noë étaient Noë et ses fils, un seul ADN-Y devait s’y trouver. Donc, il ne devrait y avoir qu’une seule lignée de chromosomes-Y aujourd’hui.

>L’ADN-Y est en effet similaires dans le monde entier. Aucune lignée Y divergente n’a été trouvée. Par conséquent, les évolutionnistes reconnaissent un ancêtre commun paternel, l’appelant Adam Y-chromosomique.

3. Puisque la Bible ne mentionne pas qu’Emzara, épouse de Noë aura eu d’autres enfants après le Déluge, seulement 3 ADNmt ont du survivre au Déluge, ceux des 3 femmes des fils de Noë. Donc, il devrait y avoir trois lignées ADNmt aujourd’hui.

>Il existe en effet trois lignées d’ADNmt principales aujourd’hui dans le monde. Les évolutionnistes ont étiqueté ces lignes « M », « N » et « R ». Il y a peu de différence entre ces trois lignées d’ADN mitochondrial, elles doivent donc provenir d’une seule femelle, qui a vécu peu de temps avant la quasi-extinction de l’humanité, les évolutionnistes l’appellent Eve mitochondriale.

De plus, étant donné que les humains ont pratiquement l’ADN identique, la diversité génétique correspond à des milliers d’années et non à des millions d’années.

En résumé, des études génétiques récentes révèlent une seule lignée de chromosomes Y, trois lignées d’ADN mitochondrial très similaires, et l’ensemble de la race humaine ayant un ADN proche correspond bien au récit du Déluge (et d’Adam & Eve).

Preuve du Déluge par l’ADN Mitochondrial (femelle)

Voici une source de preuve pour les trois lignées d’ADN mitochondrial, qui vous surprendra probablement pour deux raisons: 1) Elle provient de scientifiques évolutionnistes, et 2) elle démontre aisément le scénario biblique.

Il suffit de regarder l’arborescence de la perspective de lignage après les paragraphes d’introduction, disposé chronologiquement de gauche à droite. Au sommet, vous voyez l’Eve Mitochondriale appelée L. Vous pouvez clairement voir les trois lignées principales qui apparaissent plus bas – « M », « N », et « R », qui ont toutes leurs propres descendance en dessous et dont les différences génétiques proviennent des mutations transmises à travers les générations).

Voici l’arbre de descendance génétique:

Fait intéressant, « R » est sous « N », ce qui pourrait signifier que deux des trois femmes de l’Arche étaient apparentées (peut-être des cousines).


Preuve du Déluge de Noé par l’ADN-Y (mâle)

Voici ce qu’on trouve sur Wikipédia à propos de l’Adam chromosomique :

En génétique humaine, le plus récent ancêtre patrilinéaire commun, aussi nommé Adam Y-chromosomique, est le nom donné à l’homme qui serait le dernier ancêtre agnatique (en ligne paternelle exclusive) commun à tous les êtres humains actuels.

Toujours selon cet article Wikipedia, des études récentes rapportent que l’Adam chromosomique Y a vécu il y a environ 142 000 ans. Des études plus anciennes ont estimé Y-MRCA aussi récent qu’il y a 60 000 ans.

Selon la page en anglais de cet article :

« L’Adam-chromosomique est nommé d’après l’Adam biblique. Cela peut mener à croire à tort qu’il était le seul homme vivant à son époque, même s’il coexistait avec d’autres hommes, y compris, peut-être, avec son propre père qui n’était pas le «plus récent». Cependant, contrairement à lui-même et à sa lignée paternelle, chacun de ses contemporains mâles n’a pas réussi à produire une ligne masculine directe et ininterrompue jusqu’à tous les mâles vivant aujourd’hui. »

Autrement dit : Adam n’est peut-être pas le seul homme à être apparu à son époque mais il est en tout cas le seul dont la descendance a survécu jusqu’à ce jour. Ainsi les scientifiques évolutionnistes sont bien forcés d’admettre, en accord avec la Bible, que nous descendons tous d’un même ancêtre.

Ce que les évolutionnistes font de ces données

Les explications évolutionnistes pour les données ci-dessus sont contradictoires et déroutantes, c’est le moins qu’on puisse dire. Selon les gènes qu’ils utilisent dans leur recherche, différentes quasi-extinction de l’humanité sont proposées, sur une période entre 200 000 à 60 000 ans.

Par souci de simplicité, voici un résumé général de ce qui est communément admis par les évolutionnistes :

1. Une baisse démographique subite prouve que l’humanité a presque disparu, (il y a entre 60 000 et 200 000 ans, selon leurs estimations) La population serait descendue entre 1 000 et 10 000 habitants.
2. Même si beaucoup de femmes sont comprises dans cette population, seule la lignée de l’une d’entre elles (surnommée « Eve mitochondriale ») a survécu. Toutes les autres lignées d’ADN mitochondrial ont disparues.
3. De la même manière, une seule lignée de chromosomes-Y a survécu à partir d’un seul mâle (surnommé Adam chromosomique Y). Toutes les autres lignées Y ont disparues.

Donc les évolutionnistes admettent que nous descendons tous d’un «Adam» et d’une «Eve»! Seulement, ils manipulent ces données pour que chronologiquement cela ne corresponde pas au récit Biblique mais à la théorie de l’évolution.

Comment les évolutionnistes établissent la chronologie de l’histoire humaine

Si les évolutionnistes parlent de dizaines à des centaines de milliers d’années, voire des millions d’années d’histoire humaine – comment cela pourrait-il être seulement quelques milliers d’années à la place, comme le pensent les créationnistes ?

C’est simple : les évolutionnistes basent leurs datations sur des hypothèses évolutives. Ils supposent que l’évolution est vraie pour commencer, et ils supposent donc que les fossiles archivés représentent des millions à des milliards d’années d’histoire – bactéries évoluant en vers, poissons, amphibiens, reptiles, oiseaux et mammifères, primates jusqu’à nous. Avec cette chronologie à l’esprit, ils calibrent toutes leurs estimations de manière à s’y adapter.

Ils utilisent un concept appelé Horloge Moléculaire – selon lequel un taux fixe de mutations par an survient dans n’importe quelle population. Comment estiment-ils ce taux ? Ils le calculent en utilisant des hypothèses évolutionnistes comme je l’ai mentionné ci-dessus – en fonction de leur interprétation de l’enregistrement fossile.

Par exemple. ils croient que les humains et les babouins ont partagé un ancêtre commun « x » il y a des années, donc ils regardent l’ADNmt humain et l’ADNmt du babouin, et obtiennent le nombre de différences entre les deux, qui est « y ». Ensuite, le taux de mutation par année serait y/x. Ce type de logique a donné lieu à des estimations selon lesquelles l’«Ève mitochondriale» a vécu entre 70 000 et 800 000 ans.

Comme vous pouvez le voir, les horloges moléculaires sont dérivées de l’hypothèse que l’évolution est vraie et que nous sommes liés aux babouins/chimpanzés. Et c’est la seule «unité de mesure» permettant l’estimation chronologique de l’âge de l’humanité !

L’escroquerie du Paléolithique

Ne riez pas : 2 500 000 d’années d’évolution technologique séparent ces deux outils !

Comme l’étude des ADN respectifs de l’homme et du babouin démontrent, à mesure qu’elles progressent, l’étendue du gigantesque fossé génétique qui nous sépare, la période de l’évolution du singe jusqu’à l’homme ne cesse d’augmenter en conséquence. C’est toute l’histoire de l’humanité qui ne cesse de s’étendre en durée. Les pseudo-scientifiques évolutionnistes en arrivent à prétendre que 2 500 000 d’années se seraient écoulées, entre l’apparition de l’humain et le moment où celui-ci aurait «évolué» du Paléolithique au Néolithique, c’est à dire des centaines de milliers d’années voire des millions pour que l’homme se mette à polir les pierres pour en faire des outils plus adaptés !

Le Néolithique, âge de la Nouvelle Pierre, par opposition au Paléolithique, âge de l’Ancienne Pierre, auquel il succède, coïncidant avec la sédentarisation de l’homme et l’apparition de l’agriculture.

2 500 000 années pour passer de ça …

… à ça !

Avec leur chronologie à l’esprit, les archives fossiles représentent des millions d’années d’événements catastrophiques distincts (inondations locales, extinctions, flux volcaniques, tremblements de terre, etc.), alors que selon le modèle créationniste, la plupart de ces événements se sont produits pendant et après le Déluge.

Toujours est-il que rien, scientifiquement parlant, ne contredit le récit de la Genèse. Si l’on excepte les élucubrations de scientifiques tarés, cherchant à démontrer, coûte-que-coûte, que des millions d’années d’évolution nous séparent du singe.

Une nouvelle analyse prouve la jeunesse du génome humain

Un article paru en janvier 2013, “Analysis of 6,515 exomes reveals the recent origin of most human protein-coding variants”, met à mal l’idée d’une humanité vieille de centaines de milliers d’ânnées (voire de millions !) :

« Des études à grande échelle de la variation génétique humaine ont rapporté des signatures de croissance démographique explosive récente, remarquable pour un excès de variantes génétiques rares, ce qui suggère que de nombreuses mutations sont survenues récemment »

« Nous estimons qu’environ 73% de toutes les SNV (Single Nucleotide Variant=mutation) pour les protéines et environ 86% des SNV dégénératives sont apparues au cours des 5 000-10 000 dernières années »

Ce que cela signifie essentiellement, c’est que la plupart des mutations chez les humains se sont produites au cours des 5 000 à 10 000 dernières années. Évidemment, les évolutionnistes ne s’attendaient pas à cela, car ils croient que les humains existent depuis 200 000 à des millions d’années.

Si l’on doit croire à l’évolution, alors il faut croire que pendant des centaines de milliers d’années (ou quelques millions d’années), l’ADN humain n’a pratiquement pas subi de mutations, et que par contre, au cours des derniers milliers d’années, la plupart des dégradations héréditaires se sont produites. Difficile à croire, il semble plus logique d’en déduire tout simplement que l’humanité n’est pas plus vieille que de seulement quelques milliers d’années, comme l’affirme la Bible.

Selon l’Horloge Moléculaire chère aux évolutionnistes, il existe un taux fixe de mutations par an qu’ils appliquent à nos ancêtres supposés, les singes, pour établir que l’humanité est vieille de dizaine, de centaine ou de millions d’années. Une horloge moléculaire à présent bonne pour la poubelle.

Déclin de la durée de vie humaine depuis les descendants de Noë

La durée de vie des descendants de Noé depuis le Déluge (il y a environ 4 500 ans) diminue exponentiellement. Noé a vécu 950 ans, son fils Shem 600, puis Arphaxad 438, Shelah 433, Eber 464, Peleg 230, Reu 239, Serug 230, Nahor 148, Terah 205, Abraham 175, et ainsi de suite. Sur un graphique, il s’agit d’un modèle de décroissance exponentielle (voir ci-dessous). Cela ressemble beaucoup à de nombreux modèles de désintégration observés en biologie appelés courbes de décroissance biologiques.

Adam et Eve ont été créés avec des génomes parfaits, qui ont dégénéré depuis lors en raison de mutations dégénératives constantes (prouvé par l’étude récente mentionnée ci-dessus). On peut supposer que la baisse de l’aptitude du génome aurait entraîné une baisse de l’espérance de vie.

La diversité humaine d’aujourd’hui peut-elle provenir de seulement trois couples ?

Sem, Ham et Japhet, les 3 fils de Noë, notre ancêtre à tous.

Ceci est un autre argument commun contre l’historicité du Déluge, et est faite sans considérer que les humains ont été créés avec des génomes parfaits, riches en diversité génétique. Les trois couples de l’Arche avaient beaucoup plus d’informations génétiques que nous n’en avons aujourd’hui. Pour preuve, ne cherchez pas plus loin que les chiens domestiques : toutes les races de chiens descendent du loup, qui avait toutes les informations génétiques pour toutes les races de chiens d’aujourd’hui dans son génome. Grâce à la sélection génétique et à la sélection artificielle, l’information a été perdue, redistribuée et concentrée. Du Chihuahua au Caniche en passant par le Dogue Allemand – tous ces traits étaient dans l’ancêtre loup, comme tous les traits dans les humains étaient déjà dans les génomes d’Adam et Eve. (D’ailleurs, l’évolution ne peut pas expliquer pourquoi les loups avaient toute cette diversité génétique en premier lieu, mais la création le peut).

Le modèle créationniste explique clairement d’où vient la diversité génétique de toutes les plantes, animaux et humains.

En résumé

-Tous les humains ont aujourd’hui un ADN très proche, ce qui indique une origine commune récente de la population mondiale. Une nouvelle étude génétique publiée en janvier 2013 a révélé une « croissance démographique explosive récente », « suggérant que de nombreuses mutations sont survenues récemment […] au cours des 5 000 à 10 000 dernières années ». Ce qui correspond au repeuplement de la Terre par les survivants du Déluge, plutôt que sur la période évolutive de plus de 70 000 ans, sinon il n’y aurait eu pratiquement aucune mutation pendant au moins 60 000 ans, puis soudainement presque toutes les mutations seraient survenues. En contradiction totale avec la théorie de l’Horloge Moléculaire.

-Les chromosomes Y chez tous les humains dans le monde sont très semblables, ce qui indique un seul ancêtre mâle récent – correspondant à Noé, et avant lui, l’Adam biblique.

-Il y a trois lignées d’ADN mitochondrial, qui correspondent parfaitement à l’histoire biblique des trois femmes de l’Arche qui ont repeuplé la Terre.

-Ces trois lignées d’ADN mitochondrial sont très similaires, indiquant qu’ils ont divergé d’un seul ancêtre femelle ayant un à deux mille ans avant le Déluge. L’ADN mitochondrial d’Eve aurait divergé à travers les descendants d’Eve pendant environ 1500 ans (~ 75 générations), seulement trois descendantes ayant survécu au Déluge.

-La durée de vie des descendants de Noé diminue de façon exponentielle – sur un graphique, c’est une courbe de décroissance biologique.

-Les humains ont un taux de mutation élevé, transmettant plus de 100 mutations par génération. Ce qui correspond à une histoire humaine de milliers, non de millions, d’années.

-Si nous descendions de grands singes depuis des millions d’années, notre ADN aurait largement plus divergé (1 million d’années = ~ 50 000 générations). Puisque tous les humains ont aujourd’hui un ADN très proche, les évolutionnistes ont dû fournir une explication à cela: l’humanité a été très proche de l’extinction, admettant ainsi que la Bible avait raison sur ce point.

L’un des principes de base de la science est le naturalisme. Cela signifie que les causes surnaturelles doivent être exclues en tant qu’explications scientifiques. Toutes les explications scientifiques proposées doivent être testables et répétables, et obéir à des lois physiques. Les scientifiques ne peuvent tout simplement pas expliquer un événement en invoquant une intervention divine.

En bref, même si la preuve indique des causes surnaturelles correspondant au récit biblique, ils ne seront pas en mesure de tirer cette conclusion. Ils trouveront la meilleure explication « naturelle » et fonctionneront avec cela, aussi improbable soit-elle et peu importe le nombre de questions restées sans réponse. Certains pourraient dire que si les scientifiques n’ont droit qu’à des explications «naturelles», alors ils ne cherchent pas à démontrer la vérité; mais plutôt une explication naturelle, même lorsque elle est impossible.

Conclusion

Premièrement, si la preuve du déluge de Noé est vraie, alors les déductions semblent s’imposer : la Saint Bible dit vrai et la réalité du jugement de Dieu par le Déluge dans le passé est un avertissement du jugement à venir, par le feu :

«Sachant avant tout que, dans les derniers jours, il viendra des moqueurs avec leurs railleries, marchant selon leurs propres convoitises, et disant: Où est la promesse de son avènement? Car, depuis que les pères sont morts, tout demeure comme dès le commencement de la création. Ils veulent ignorer, en effet, que des cieux existèrent autrefois par la parole de Dieu, de même qu’une terre tirée de l’eau et formée au moyen de l’eau, et que par ces choses le monde d’alors périt, submergé par l’eau, tandis que, par la même parole, les cieux et la terre d’à présent sont gardés et réservés pour le feu, pour le jour du jugement et de la ruine des hommes impies.»

Second Épître de Saint Pierre 3:3-7

Le Déluge était aussi symbolique pour le salut que nous sommes offerts aujourd’hui. Noé avait foi en l’imminence du Jugement de Dieu et obéissait à Ses Instructions. Il lui a fallu 120 ans pour construire l’Arche, et pendant tout ce temps les moqueurs ont refusé de croire que le Jugement viendrait. Juste avant le début du Déluge, Dieu ferma la porte de l’Arche (Genèse 7:16 « … Puis le Seigneur l’enferma. ») – Noé n’avait pas à fermer la porte au salut de quiconque ; Dieu le fit. La porte a été laissée ouverte jusqu’à la dernière minute possible, mais le jour du salut doit prendre fin. Il n’y avait pas de seconde chance pour ceux qui étaient exclus.

Deuxièmement, encore une fois, si ce qui précède est vrai alors l’évolution est fausse – les fossiles archivés ne sont pas un enregistrement d’organismes se transformant en d’autres organismes sur des millions et des milliards d’années. Les différents fossiles se sont entassés lors du Déluge, un événement cataclysmique soudain. L’ordre des fossiles est ce que vous attendez de la montée des eaux – les premiers habitants de l’océan, par ex. des trilobites, puis des poissons, des amphibiens, des animaux terrestres plus petits et plus (et les mammifères, etc., flotteraient en premier). Rappelez-vous, les os fossilisés ne peuvent pas être datés. Ils sont datés d’où ils se trouvent dans la propre échelle temporelle supposée de l’évolutionniste, c’est-à-dire la colonne géologique. Notez également que plus de 95% de tous les fossiles sont des créatures marines, telles que les palourdes, les coraux et les trilobites. La plupart des 5% restants sont des plantes, et seulement beaucoup moins de 1% de tous les fossiles sont des animaux terrestres (reptiles (y compris les dinosaures), amphibiens, mammifères, oiseaux et humains).

Troisièmement, encore une fois, cela signifie que la Bible est vraie et digne de confiance. Si tel est le cas, alors le cœur du christianisme – l’histoire de Jésus – est vrai. Son histoire telle qu’elle est enregistrée dans la Bible est également exacte. De l’accomplissement de plus de 400 prophéties spécifiques écrites dans l’Ancien Testament jusqu’à mille ans avant sa naissance, jusqu’à sa résurrection attestée par plus de 500 témoins, comme l’a noté Saint Paul.

«Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle.»

Evangile selon Saint Jean, chapitre 3:16

Source : astirinch.com

[su_youtube url= »https://www.youtube.com/watch?v=TkqZ7Jto5Zw » width= »720″ height= »420″]https://www.youtube.com/watch?v=fXPRh5w32q8[/su_youtube]

Publicités
Preuves Génétiques du récit de la Création par Dieu, Darwin en PLS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s