La Pédérastie Grecque, le MK ULTRA et la Nouvelle Droite

Note : les pratiques sexuelles entre adultes consentants ne concernent que ceux qui les pratiquent dans le cadre privé et personne ne remet en cause le droit dont jouissent ces personnes en république, cet article n’est pas un appel à la haine contre les homosexuels mais une analyse de ce que peuvent cacher certains discours portés par des adeptes de la sodomie tendant à légitimer des actes de déprédations sexuelles illégales sur des mineurs.

Selon Thomas Ferrier, ce serait « anachronique » d’exprimer des réticences à propos de la citoyenneté athénienne, qui s’obtenait à la condition sine qua non d’avoir été sodomisé durant toute l’adolescence par un précepteur pédéraste. Sans doute qu’en 2018 on n’est pas capable d’estimer si oui ou non la pédophilie est une forme d’éducation saine … Quelle différence entre un néo-paien comme Ferrier et un éducateur de crèche des années 70 comme Daniel Cohn-Bendit ?

La pédocriminalité, secret le mieux gardé des néo-païens d’extrême-droite

Continuer la lecture de La Pédérastie Grecque, le MK ULTRA et la Nouvelle Droite

Le réseau d’infiltrés sataniques de Monseigneur Williamson

 

Continuer la lecture de Le réseau d’infiltrés sataniques de Monseigneur Williamson

Scoop : Odin est homosexuel !

Au sein des peuples partageant les mêmes croyance en un panthéon de divinités donné, les récits mythologiques, considérés par leurs adeptes comme ayant réellement eu lieu, représentent des archétypes qui sont autant d’exemples d’attitudes et de psychologie à reproduire. Les dieux incarnent des figures d’excellence et leurs comportements se répercutent par mimétisme à travers la société qui les prend en exemple.

Par conséquent, plus les mythes d’une société traduiront une tolérance à l’égard de certains comportements, homosexuels en l’occurence, plus on les retrouvera dans la pratique courante des membres de cette société.

En vieux Norois, le terme seiðr renvoie à un genre de sorcellerie pratiquée dans la société nordique au cours de l’âge de fer Scandinave. Connecté à la religion nordique, ses origines demeurent mystérieuses, sa pratique a progressivement disparu suite à la christianisation de la Scandinavie.

Les pratiquants du seiðr étaient des deux sexes, bien qu’on constate que cette pratique était plus répandue chez les femmes, les sorcières. Il existe toutefois des témoignages d’adeptes mâles de cette pratique, appelés seiðmenn, en pratiquant cet art, ils attiraient sur eux un tabou social, appelé ergi, qui leur valait des persécutions.

P1020219Selon le chercheur Neil Price*, certains aspects du seiðr étaient de nature sexuelle. Se basant sur le fait que les baguettes magiques que portaient les sorcières appélées völvas étaient désignées par des termes phalliques dans les sagas islandaises,  :  « Völva » viendrait de vǫlr, quenouille.  La völva serait donc une porteuse de quenouille ! Price et de nombreux autres chercheurs ont affirmé que la « baguette » magique de ces sorciers pratiquant le seiðr était une sorte de phallus de bois qu’ils employaient pour leurs rites.

Chez les Nordiques, on prête à Odin, le plus grand des dieux, la pratique du seiðr, selon le récit de la saga des Yngling, au chapitre 7 :

Odin connaissait aussi l’art au sein duquel le plus grand pouvoir se trouve, et qu’il pratiquait lui-même : ce qu’on appelle magie. Par ce moyen, il pouvait prévoir la destinée des hommes, où le lot de ce qui leur restait à accomplir, et aussi attirer la mort, la malchance, ou des problèmes de santé sur les gens, et aussi prendre la force ou l’esprit d’une personne pour la donner à un autre. Mais la pratique d’une telle sorcellerie entrainait une faiblesse et une anxiété telles qu’il n’était pas considéré respectable pour les hommes de la pratiquer et par conséquent les prêtresses se virent enseigner cet art. (source)

Le nom ergi (non-virilité) et son adjectif argr (non-viril) sont deux termes de vieux norois employés pour accuser autrui d’être un effeminé, de manquer de virilité, d’être un homosexuel. Une telle insulte équivalait à une déclaration en duel car celui qui ne lavait pas son honneur dans le sang accréditait l’accusation de celui qui l’insultait et était dès lors mis au ban de la société pour son manque de virilité.

téléchargement (1)Kaldera et son amant, néo-païens pratiquants, libérés de l’aliénation judéo-chrétienne.

Selon l’auteur néo-païen transgenre  sadomasochiste, Raven Kaldera « le Maître des Supplices » adepte du fist-fucking, Odin aurait vécu « dans le corps d’une femme pendant un an afin d’apprendre les mystères de la féminité ». (source)

Suite de cet article : news.oddr.biz : Odin était une fiotte !