Les amitiés sodomites, sataniques et proxénètes de Jean-Marie Le Pen

L’article que vous découvrez a été écrit à partir d’une chronique, publiée sur le blog Libre Attitude d’Eric Miné. Cette chronique révèle les accointances sulfureuses de Jean-Marie Le Pen.

« L’illustre aréopage » dont faisait partie Jean-Marie Le Pen était convié pour fêter le 70ème anniversaire de Jean-Paul Chayrigues,  Marquis de Olmetta en l’église gallicane de Sainte Rita (Paris XVè), le 30 Octobre 2013 : des personnalités du Gotha pédéraste parisien telles que Gabriel Matzneff, Michou ou Paul-Marie Couteaux étaient réunies lors d’une messe officiée par le prélat Gallican, Monseigneur Dominique Philippe, dont nous avons déjà fait la triste connaissance dans un article intitulé « Les Faux Tradis : l’infiltration satanique« .

Eric Miné

Eric Miné est un écrivain, passé par la FANE, groupuscule néo-nazi des années 1970, puis par l’Œuvre française, soutien de Renaud Camus, élu conseiller consulaire en Thaïlande et Birmanie, dans la circonscription de Pattaya, pour le Rassemblement Bleu Marine en mai 2014, en ayant bénéficié du soutien de la Manif Pour Tous.

Eric Miné écrit des romans pédérastes, narrant les aventures érotiques entre des jeunes asiatiques et des hommes matures européens, tel est le scénario du « Garçon de Vientiane » :

Paris, automne 2008. Pierre s’ennuie. A cinquante ans, il a abandonné depuis longtemps à son épouse Hélène Grazziano-Benz, papillonnante et médiatique présidente de l’ONG Terre d’entants, le devant de la scène conjugale. Sa fille. qu’il adore, et quelques aventures aussi, sans lendemain, colorent un peu la grisaille routinière d’une vie confortable et sécurisée : précautionneuse. Sa rencontre avec Laum, un jeune homme laotien, d’apparence timide, cultivé et curieux niais aussi ambigu et déterminé -, le projette soudain dans une passion fulgurante. Une passion qui brise toutes les barrières protectrices dont il s’était patiemment entouré ; toutes ses certitudes, tous ses interdits. Des salons feutrés de la bonne société française au calme trompeur du Laos, à la permissivité ludique de Pattaya. Une révélation libératoire, jouissive ; une fusion explosive et charnelle. Le rêve d’une transgression inaccessible ? Politiciens véreux, ONG corruptrices, chantages sexuels, raffinements orientaux… sur fond de  » milieu gay  » à Paris comme en Asie. Peut-on franchir sans danger toutes les limites ?
Ci-dessus, la chronique du roman de Miné, publiée dans le magazine « Le Paris Phuket« , notez le logo en haut à gauche … Phuket et Pattaya, où réside Eric Miné, sont des paradis sexuels thaïlandais prisés des pédocriminels, là prostitution infantile y tient lieu d’industrie.

La parution « Le Paris Phuket » s’affiche aux couleurs de la LGBT et signale son allégeance à la pédocriminalité en illustrant ses rubriques de son emblème, agrémenté pour l’occasion d’un « oeil qui voit tout ». Ce logo étant passé à la postérité dans les milieux conspirationnistes, depuis l’éclatement outre-atlantique du scandale du Pizzagate.

Notez sur la couverture du magazine en bas à droite, sur la photo prise lors de la Gay Pride parisienne, la présence du « Génie de la Liberté » de la Place de la Bastille, une idole luciférienne et républicaine. A gauche, le Petit Joueur de Flute de Hamelin, personnage tiré d’une fable des Frères Grimm, racontant l’enlèvement des enfants d’un village, par un musicien qui les attire dans une grotte en jouant d’un instrument, une fable prisée des pédophiles

Jean-Paul Charygues, Marquis de Olmetta

Chevalier de l’Ordre National du Mérite, figure de la droite dite « nationale », animateur historique de Radio Courtoisie, Jean-Paul Charygues, Marquis de Olmetta est « quelqu’un qui se proclame officiellement homosexuel et franc-maçon » selon Philippe Ploncard d’Assac :

Le « Divin Marquis », comme l’appelait Serge de Beketch, est également le chancelier de la pseudo-Eglise Gallicane, dont « l’église » Sainte Rita était une paroisse. Les Gallicans ont depuis longtemps été noyauté et subvertis par les Théosophes, disciples d’Helena Blavatsky, comme cela a été démontré en long et en large dans l’article « Les Faux-Tradis : l’infiltration Satanique » ou, bien avant, par l’écrivain occultiste René Guénon dans son livre « Le Théosophisme, histoire d’une pseudo-religion.« 

Suite de l’article : news.oddr.biz : Les amitiés sodomites, sataniques et proxénètes de Jean-Marie Le Pen